Sociologie de la prostitution




sociologie de la prostitution

Grâce à une longue expérience de terrain sur le thème de la prostitution, Lilian Mathieu, sociologue au cnrs (Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne-Université Paris 1) offre au lecteur une occasion de dépasser le clivage qui domine le débat sur le sujet.
Il sagit bien sûr dune pratique singulière qui articule sexualité et économie et qui implique divers protagonistes (femmes et hommes prostitués, clients, proxénètes).
Un tel enjeu n'est pas anodin, s'agissant d'une réalité sociale davantage objet de polémique, voire de fantasme, que de connaissance scientifique.Rapport du Sénat (2000) : Le régime juridique de la prostitution féminine.Pour aller plus loin : Le site de l, unesco présente les termes du débat entre «abolition» et «reconnaissance» de la prostitution avec des exemples de législations nationales en vigueur.2 Au sens défini par Bernard Lahire, Linvention de l«illettrisme».A la lecture de son ouvrage, ces deux positions apparaissent comme largement symétriques malgré leur opposition dans la mesure où elles mobilisent des arguments du même ordre, cest-à-dire moraux.La page personnelle de, lilian Mathieu.Il sagit pour sortir de ces prénotions denvisager la prostitution non plus dabord sous langle de la sexualité - tel que semble nous le dicter le tabou que constitue cette activité dans nos sociétés-, mais comme un moyen de subsistance économique pour les individus qui.Dans les deux cas, il sagit dessentialiser une certaine représentation de la prostituée - Car souvent, on oublie les hommes qui pratiquent la sexualité vénale, sans parler même du brouillage des frontières de genres quintroduisent travestis et transexuels totalement aliénée dans un cas, et affranchie.Dans la dernière partie, Lilian Mathieu sintéresse aux évolutions qui ont traversé lespace de la prostitution depuis trente ans.Lire la suite du résumé, fiche technique.Lire la suite, c'est toute la complexité des rapports entre ces deux dimensions de la prostitution que cet ouvrage s'est donné pour objet d'explorer, en dressant un bilan des recherches sociologiques qui lui sont consacrées.Mais vis-à-vis de «lextérieur il sagit aussi de la perte dun certain nombre de soutien, au premier rang desquels, peut-être, une certaine frange du mouvement féministe, ainsi que le révèle la comparaison entre la mobilisation de 1975, symbolisée par loccupation de léglise Saint-Nizier à Lyon.Mais elle est aussi un " problème social " à la définition et au traitement desquels participent entrepreneurs de morale, législateurs, policiers ou encore travailleurs sociaux, dont l'action exerce en retour de considérables effets sur la pratique et le"dien des personnes prostituées.Plus préoccupant encore, il montre que certains sociologues usent de leur légitimité scientifique pour défendre des positions hautement idéologiques prostituée faisant l amour (en loccurence abolitionnistes).France Loisirs : vous accompagner au"dien dans votre épanouissement et celui de votre famille, avec nos romans et autres genres littéraires.En partenariat avec liens-socio.Aucun avis client, la prostitution est un objet social double.6 Loïc Wacquant, Punir les pauvres.Conformément à la loi Informatique et Liberté n 78-17 du relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur.




[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap